Bulletin du 18 avril 2017, numéro 9

Le mot du président

DES NOUVELLES DE NOTRE CONSEIL D'ADMINISTRATION

Malgré l'incertitude qui persiste concernant le soutien financier accordé par l'État à partir de 2018, les membres de notre conseil d'administration continuent de contribuer à la protection de la qualité de l'eau de notre territoire. Cet engagement force l'admiration, alors que, comme en fait foi le dernier budget, le discours du gouvernement québécois est d'une étroitesse désolante. Mais qu'attend ce gouvernement pour appuyer comme il se doit les efforts consentis bénévolement par ses citoyens  pour assurer la pérennité de cette ressource vitale qu'est l'eau ?

 

Nous en sommes à la deuxième génération des Plans directeurs de l'eau qui ont nécessité un travail colossal en termes de recherche, d'analyse et de concertation avec la population et l'ensemble des organismes publics et privés. On y retrouve des solutions et des actions qui ont été scrutées sous toutes les coutures par tous les ministères. Malgré cela, il n'y a rien de nouveau  pour soutenir leur mise en oeuvre. Cela est inacceptable et il n'y a plus d'excuses qui tiennent!

 

Quoiqu'il en soit, lors de notre dernière assemblée du 28 mars, nous avons adopté notre plan d’action pour 2017-2018. Encore cette année, AGIR Maskinongé mettra de l'avant des activités de concertation et de communication, en plus d'une série d'actions liées à la mise en œuvre de notre Plan directeur de l’eau. Présentement, ces initiatives sont majoritairement associées à la réalisation de projets  qui bénéficient de l'appui de partenaires tels les municipalités, Environnement et Changement climatique Canada, la Fondation de la faune du Québec et le ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec. Nous vous invitons à prendre connaissance de certains de ces projets dans les pages qui suivent.

 

Parmi les autres activités qui retiendront l'attention, il faut souligner la mise sur pied ce printemps d'une campagne de promotion du PDE, incluant l'organisation de rencontres avec les municipalités et les membres des six comités aviseurs. Un an après l'approbation du PDE par le ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, le moment est venu d'aller revoir les gens et de partager avec eux sur leurs attentes et, probablement, sur de nouvelles pistes de solutions.  

 

D'autres priorités ont aussi été retenues. L'une d'entre elles concernent les bandes riveraines, alors que nous offrirons aux municipalités  concernées un support pour l'élaboration, l'adoption et l'application d'un cadre réglementaire portant sur la végétalisation des bandes riveraines et l'adoption d'un règlement commun portant sur la végétalisation des rives dans les municipalités riveraines du lac Maskinongé. Toujours en lien avec le secteur municipal, un autre dossier sera également à l'avant plan soit la gestion de l'agriculture dans le littoral du lac Saint-Pierre où nous serons actifs dans le cadre du projet agroenvironnemental du Bois-Blanc et, surtout, de la mobilisation que nous avons obtenue des producteurs agricoles directement concernés.

 

Voilà un résumé bien sûr incomplet de ce qui devrait occuper une grande place dans nos discussions au cours des prochains mois. Pour en savoir plus, nous vous invitons à lire notre plan d'action et n'hésitez pas à nous faire part de vos commentaires et suggestions.

Bernard Lacroix, président

Protection de la tortue des bois le long de la rivière Mastigouche

Pour la deuxième année, AGIR Maskinongé relance son projet de protection de la tortue des bois à Mandeville.  En 2016, nous avons caractérisé 6 terrains et les propriétaire recevront prochainement leur cahier de propriétaire.  Cette année nous a également permis de mieux cibler les secteurs à conserver et les problématiques.

Réduction de la pollution diffuse et de l'érosion d'origine agricole dans la rivière du Bois-Blanc

Le projet vise une quarantaine de producteurs agricoles ayant des terres dans le bassin versant de la rivière du Bois-Blanc.  La première phase, réalisée en 2016, consistait pour l’essentiel à recruter les producteurs participants.  

Entretien des bandes riveraines dans le bassin versant de la rivière l'Ormière

En 2014 et 2015, un projet chapeauté par AGIR Maskinongé permettait la plantation de 12 kilomètres de bandes riveraines arbustives et arborescentes en milieu agricole dans le bassin versant de la rivière l'Ormière.
Une fois plantées, les bandes riveraines nécessitent un entretien parfois négligé par les agriculteurs, faute de moyens et de temps.  Pourtant, cet entretien est la clé pour la pérennité des bandes riveraines.

Publication des résultats de caractérisation des milieux humides du lac Maskinongé

En 2016, AGIR Maskinongé a réalisé la caractérisation des milieux humides situés au su du rang saint-Augustin, entre la rivière Matambin et la rivière Maskinongé.  Ces milieux humides constituent le dernier groupe de milieux naturels à proximité du lac Maskinongé.

Please reload

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now