Des producteurs agricoles, partenaires dans l'action

L'agriculture est en première ligne lorsque l'on parle de gains souhaitables pour améliorer la qualité de l'eau. Et ce n'est pas un hasard si nous pouvons compter sur la présence de représentants du secteur agricole au sein de notre conseil d'administration. Mais au-delà de cette contribution à la vie démocratique et au processus de planification stratégique, tous s'entendent sur un fait: C'est sur le terrain "sur le plancher des vaches" que l'agriculture ça se fait et que doivent se traduire les actions. En voici un exemple probant.

 

De 2013 à 2015, AGIR Maskinongé a géré le plus important projet de son histoire dans la partie amont du bassin versant de la rivière l’Ormière. Or, c'est essentiellement grâce au support obtenu de sept entreprises agricoles localisées dans la municipalité de Maskinongé que ce projet agroenvironnemental a été rendu possible.

 

Devant un diagnostic irréfutable, ces producteurs ont décidé de s'investir afin de diminuer les apports de sédiments dans la rivière l'Ormière qui contribuent largement aux pics de concentrations en phosphore et en sédiments observés à l’embouchure de la rivière Maskinongé dans le lac Saint-Pierre, notamment en période de fonte et de fortes précipitations.  Ces apports altèrent la qualité de l’eau, dégradant les habitats des poissons du lac Saint-Pierre, et plus particulièrement la perchaude, dont les populations connaissent un déclin ces dernières années.

 

Les aménagements qui ont été réalisés comprennent la plantation de 12 kilomètres de haies brise-vent (arbres et arbustes) soit 8 kilomètres au printemps 2014 et 4 kilomètres en 2015; le dessouchage des arbres qui déstabilisaient la rive sur une distance de 5 kilomètres le long du tronçon principal de l’Ormière; la stabilisation de 300 mètres de berges plus problématiques au niveau de l’érosion par l'adoucissement de la pente, l'enrochement de pied de talus et la végétalisation en arbustes et en herbacées, ainsi que la revégétalisation de 300 mètres carrés en arbustes. Deux anciens ponts en ciment ont aussi été enlevés.

 

Merci à ces producteurs agricoles qui, faisant fi d'une perte de revenus, ont adhéré à cette vision d'une agriculture durable qui intègre de hauts standards de qualité et qui se préoccupe de la qualité de vie de leurs concitoyens.

 

D'autre part, mais peut-être marquée encore davantage par un sentiment d'urgence, nous avons entrepris en 2016 le projet agroenvironnemental de la rivière du Bois-Blanc qui implique la participation de 41 producteurs agricoles. Grâce à l'appui de la Direction régionale de la Mauricie du MAPAQ, de la Fédération de l'Union des producteurs agricoles de la Mauricie et du Groupe Envir-Eau-Sol, nous poursuivons nos démarches de sensibilisation. C'est à suivre...

 

Michel Lambert, directeur

 

 

Les agriculteurs du projet avec l'équipe d'AGIR Maskinongé et un représentant du MAPAQ Mauricie

Source : L'Écho de Maskinongé

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now